Comment réduire vos frais de vente ?

Réduire ses frais de vente, c’est avant tout vendre au meilleur prix. Quelle que soit votre situation, voici les principaux points qui contribuent au succès d’une opération.
1
Mai

COMMENT RÉDUIRE VOS FRAIS LORS D’UNE VENTE ?

Réduire ses frais de vente, c’est avant tout vendre au meilleur prix. Voici les principaux points qui contribuent au succès d’une opération :

  • Bien choisir sa stratégie de vente 

Se charger soi-même de sa vente est souvent moins rentable que le passage par un professionnel : les démarches à effectuer sont chronophages et complexes.

On dit souvent que les frais d’agence sont à la charge du vendeur. Ce n’est pas tout à fait exact : le prix payé par l’acheteur, celui qui figure sur les annonces immobilières, est le prix FAI (frais d’agence inclus). Le pourcentage des  honoraires des agences doit figurer sur les annonces. C’est donc l’acquéreur qui paye, en pratique, les frais d’agence. Faire appel à un expert ne grèvera pas votre budget et vous toucherez alors ce qu’on appelle le « prix net vendeur ».

Les frais d’agences se situent habituellement entre 5% et 7% du bien et sont parfois dégressifs. Cependant, certaines agences ont un fonctionnement low cost. Pour réduire ce pourcentage elles rognent sur les moyens : le site du journal Le Figaro indique que « dans ce cas, les services proposés sont moins complets et vous pouvez être confronté à des déceptions (des listes ou des visites groupées, par exemple) ! ». Ce système n’est ni éthique, ni avantageux pour vous, puisque un agent immobilier vaut avant tout pour son expertise et sa connaissance du marché.

Les frais doivent être clairement affichés et exprimés TTC. Si tel n’est pas le cas, fuyez !

  • Vendre au bon moment

Vous souhaitez vendre vite ? Les premières semaines après la mise en vente sont alors les plus porteuses. Un appartement qui reste trop longtemps sur le marché inspire moins confiance aux acheteurs

Si vous n’êtes pas dans l’obligation de vendre rapidement, vous êtes dans la situation la plus confortable qui soit. Vous pourrez alors mettre votre bien en vente au moment le plus favorable : y a-t-il beaucoup de biens similaires sur le marché ? Les acheteurs sont-ils nombreux ? Les taux d’intérêt sont-ils favorables au crédit ? Ainsi, le prix de vente sera aussi avantageux que possible.

  • Une estimation juste

Un des principaux freins à la vente est une estimation erronée du bien. Il est parfois difficile d’occulter la dimension affective d’un lieu et de mesurer objectivement sa valeur marchande. Au-delà du sacro saint prix au m2, plusieurs paramètres sont à considérer :

  • le quartier (sécurité, proximité des commerces et transports, écoles, espaces verts…)
  • la copropriété : la qualité des parties communes, les travaux envisagés, la sécurité de l’immeuble (gardien(ne), visiophone, interphone…)
  • l’attractivité du bien qui peut varier d’un immeuble à l’autre dans une même rue. Son état, son exposition, la hauteur sous plafond, l’exposition, sa distribution, sa luminosité, son calme, l’isolation, l’optimisation de l’espace, etc., sont autant de variables qui infléchiront ou augmenteront la valeur réelle du bien.
  • Des canaux de vente efficaces

Votre appartement doit être bien représenté : visible, sans pour autant apparaître partout. Stéphane Plaza (lui-même !) explique régulièrement qu’une maison qui apparaît dans plusieurs agences immobilières est considérée comme un bien au rebut. La meilleure stratégie consiste donc à ne pas multiplier les agents auxquels vous confiez votre bien.

  • Des démarches bien menées

Trouver les acheteurs potentiels, effectuer les visites, négocier la vente, aller chez le notaire pour la signature de l’avant contrat puis suivre le dossier jusqu’à la signature définitive ; autant de tâches qu’il est difficile d’effectuer soi-même (faute de temps et/ou de compétences juridiques) et qui relèvent de l’expertise de l’agent immobilier. Ce dernier peut aussi vous assister dans les formalités administratives (mesurage, diagnostics…) que nécessite le processus de vente.

  • Après la vente

Des frais importants peuvent être engendrés par la taxe sur la plus-value immobilière. Celle-ci ne s’applique toutefois qu’en cas de bénéfice sur la vente d’une résidence secondaire.

Leave a Reply